Communiquer, c’est aussi savoir se taire.

close-up-18753

Communiquer, c’est aussi savoir se taire.

Catégorie(s) :

unnamed

Bien souvent, la communication se passe sous forme d’un dialogue où chacune des personnes répond à l’autre.

Enfin, c’est dans l’idéal. Car bien souvent, nous nous coupons la parole. Pas si sûr dans ce cas que nous ayons bien entendu, jusqu’au bout, ce que l’autre voulait dire.

Pas question de se taire, pense-t-on alors. Ce serait aller à l’encontre de la communication.

Écoutons ces mots entendus dans mon cabinet :

« Nous venons vous voir car nous avons un problème de communication. »

« Nous n’arrivons plus à nous parler sans nous disputer

« Mon mari ne communique pas. Dès que je lui parle, il se ferme. »

« Nous parlons beaucoup mais cela n’avance à rien. »

« Nous parlons mais ne nous comprenons pas. »

« Nous n’osons pas parler de certains sujets entre nous. »

….

  • Quelques erreurs concernant la communication.

Une des erreurs de la communication est de penser que la dialogue est fait pour résoudre des problèmes. Or, nous communiquons d’abord parce qu’il est impossible de ne pas communiquer. Même lorsque je ne dis rien, ma façon d’être, mon regard… « en disent long ». Nous communiquons aussi pour échanger, parler de la pluie et du beau temps, de nos joies et de nos peines, de nos découvertes, de notre journée, de nos rêves…

Une autre erreur de la communication est de penser en termes d’échanges simultanés : je te parle, tu me réponds. Et si vous preniez un autre chemin, une autre façon de communiquer parfois, utile en particulier en temps de crise ?

 

  • Parler….Ecouter…Se taire.

Un jour, par exemple, c’est vous qui parlez, qui  vous exprimez pendant un temps défini : une demi heure, une heure… Il est important de pouvoir en profiter pour aller au fond des choses, au bout de ce que l’on veut dire. Car, l’autre, ne répond pas. Que fait-il ? Il écoute seulement. Il se tait. Un point c’est tout. Cela ouvre un champ d’expression à celui qui parle sachant qu’il ne craint pas une éventuelle mauvaise réaction de la part de l’autre. Une fois l’heure impartie terminée, chacun peut repartir et laisser se poser les choses.

Le lendemain, celui qui a parlé, se tait. Et celui qui a écouté, parle. Sur les mêmes bases.

Aussi étonnant peut-être que cela puisse paraître. C’est l’occasion de communiquer autrement, et bien souvent, plus profondément.

Comme quoi, la communication ce n’est pas tant parler beaucoup que parler juste et écouter au point de pouvoir se taire pour ne pas répondre et risquer de bloquer la parole qui se dit devant moi.

D’ailleurs, vous connaissez des personnes qui sont toujours longue à répondre. Il leur faut du temps pour mûrir ce qu’elles vont dire. Elles tournent leur langue dans la bouche bien plus de 7 fois! Cela peut avoir le don d’irriter l’interlocuteur s’il est plus du type « réfléchir en parlant ».

D’où l’importance de cette approche de la communication! Elle rend plus souple la communication. Oui, il peut être bon parfois de pouvoir surseoir notre réponse. Cela est d’autant plus important en un temps où nous croulons sous les bruits, les paroles, les images etc…

Oui, il n’y a de bonne communication que lorsque nous sommes capables non seulement de nous parler mais aussi de nous taire devant la parole de l’autre.

Alors, silence, on parle!


A voir également :

Prendre RDV